gestion-des-matieres-residuellesDeux entreprises bioalimentaires estriennes tirent profit de l’économie circulaire

Le CLD du Haut-Saint-François et la MRC de Memphrémagog, dans le cadre de Synergie Estrie, sont heureux d’annoncer une synergie entre l’entreprise 1.2.3. Santé de Magog et l’Érablière Tradition d’Antan, située à Cookshire-Eaton.

En collaborant dans le cadre du projet Synergie Estrie, les coordonnatrices en économie circulaire des deux territoires ont mis en relation ces entreprises. Grâce à cette coopération, ce sont annuellement plus de 5 000 kg de résidus de matières organiques provenant de 1.2.3. Santé qui serviront de nourriture pour les volailles de l’Érablière Tradition d’Antan.

1.2.3. Santé est une entreprise familiale certifiée biologique qui transforme des fruits et légumes venant directement des producteurs pour en faire des aliments déshydratés sous la marque RÉMIS (craquelins, collations de fruits, agrumes en jus, en zestes et déshydratés). Bien que l’entreprise vise le zéro déchet, certains résidus (épluchures, cœurs de pommes, poires, zestes, etc.) ont encore une excellente valeur nutritive et représentent un apport intéressant pour les animaux. « Nous compostons déjà nos résidus, mais nous sommes enchantés d’avoir pu trouver une autre solution pour leur donner une seconde vie, mentionne Monique Poirier, cofondatrice de 1.2.3. Santé. Chaque action en ce sens est considérée comme une victoire! »

Liette Poulin et Pierre Laliberté, propriétaires de l’Érablière Tradition d’Antan, ont de multiples activités. Ils exploitent l’érablière, élèvent des volailles, produisent des petits fruits et ont plus de 300 arbres et arbustes fruitiers. Les deux entrepreneurs cherchaient à diversifier la nourriture destinée à leur volaille, alors cette collaboration tombe à point pour eux. « C’est un privilège de pouvoir nourrir nos volailles avec des aliments bio, de grande qualité. Ceci représente aussi des frais en moins pour notre entreprise, alors nous sommes doublement ravis de cette entente! », affirment-ils avec enthousiasme.

Cet exemple de récupération de matière organique arrive à point dans le contexte actuel. En plus de diminuer les impacts environnementaux et les coûts pour ces entreprises, le projet concorde parfaitement avec les nouvelles orientations gouvernementales. En effet, les objectifs de la Politique québécoise de gestion des matières résiduelles prévoient, en 2023, l’atteinte d’un taux de recyclage de 60 % des matières organiques. Pour atteindre cet objectif, chaque projet de valorisation compte.

Les entreprises sont invitées à contacter les coordonnatrices de leur territoire respectif pour obtenir plus d’information sur les services offerts en économie circulaire :

À noter que ces services sont offerts gratuitement.

PartagerShare on FacebookShare on Google+Share on LinkedInTweet about this on TwitterPrint this pageEmail this to someone

Laisser une réponse

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués *

*
*

Vous pouvez utiliser ces HTML balises et attributs: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>